Site logo

SDIS DE GOURZE

Service de Défense Incendie et Secours

La veste et le pantalon FEU



Depuis que le sapeur-pompier est appelé à porter secours et assistance à son prochain, le vêtement de protection a bien évolué. Elément essentiel de la tenue, la bonne vieille veste de feu en peau cède de plus en plus souvent sa place aux nouveaux textiles. Or, si l’on sait d’où vient le cuir, il en est tout autrement de ces tissus en fibre synthétique tel le Nomex©.

Le
Nomex© est un polymère totalement aromatique, infusible, fabriqué uniquement comme une fibre, par filage en solution. Le Nomex© offre un haut niveau d’isolation thermique et commence à se carboniser seulement aux environs de 380 °C. Il ne fond pas et ne coule pas, même à très hautes températures. Eloigné de la source de chaleur, c’est un matériau auto-extinguible. Contrairement à son isomère chimique, le Kevlar©, les propriétés en tension du Nomex© sont similaires à celles des fibres textiles normales. Sa résistance en conditions humides et chaudes est toutefois supérieure à celle du Kevlar©. Sa résistance aux rayonnements est également excellente car une fois exposé à la chaleur, cette fibre s'épaissit. En gonflant, cette fibre augmente le volume de la couche isolante du vêtement, retardant ainsi le rayonnement vers l'intérieur et donc la perception de la chaleur. Le Nomex© se retrouve dans les vêtements de protection pour les sapeurs-pompiers mais aussi pour les coureurs automobiles.



Pour être certain de l’efficacité de leurs vêtements, les industriels n’hésitent pas à les « torturer ». Les vêtements fabriqués avec la technologie thermique

Nomex© doivent franchir avec succès les tests sur un mannequin grandeur nature, équipé de capteurs thermiques permettant d’évaluer l’efficacité des vêtements de protection.

Tests grandeur nature


Les pires conditions imaginables comme des températures atteignant 1 000 °C, passage à la flamme durant 4,5 secondes et arc électrique valideront ou non l’efficacité de la fibre. A l’épreuve de ces tests, la différence entre une veste de cuir et une veste textile est criante. Un simple pantalon confronté à un fort rayonnement et à la flamme se retrouve vite transformé en « papier carton », alors que placé sous un surpantalon (pantalon feu), le résultat est des plus probants.